Les engagements de la commune

Ville-sur-Yron s'engage dans la protection de l'environnement !

Cliquer sur l’image pour voir le site

Le parc naturel de Lorraine

Les Parcs naturels régionaux sont créés pour protéger et mettre en valeur de grands espaces ruraux habités. Peut être classé “Parc naturel régional” un territoire à dominante rurale dont les paysages, les milieux naturels et le patrimoine culturel sont de grande qualité, mais dont l’équilibre est fragile. Un Parc naturel régional s’organise autour d’un projet concerté de développement durable, fondé sur la protection et la valorisation de son patrimoine naturel et culturel. En France, il y a 54 Parcs naturels régionaux.

Le Parc naturel régional de Lorraine a été créé par décret ministériel du 17 mai 1974.

Il s’étend sur près de 210 000 hectares, et compte 182 communes pour 78 000 habitants. Par ailleurs, son territoire comprend également, en totalité ou partiellement, 14 communautés de communes ou d’agglomération avec lesquelles le Parc noue actuellement des partenariats.

Situé à proximité des agglomérations de Metz et de Nancy, le Parc est au contact direct du sillon mosellan, axe majeur du développement régional qui le scinde en deux zones distinctes :

  • La zone orientale, caractérisée par ses nombreux étangs et ses zones halophiles est située entre les villes-portes de Château-Salins et Sarrebourg.
  • La zone occidentale, limitée par les vallées de la Meuse et de la Moselle, par les villes de Metz et de Jarny au nord et de Toul au sud. Les Côtes de Meuse et de Moselle ainsi que les zones humides de la Woëvre sont véritablement l’emblème de la zone ouest du Parc.

Le Parc de Lorraine est aussi un projet. C’est une vision partagée de ce que nous voulons demain pour notre territoire.

– Ce projet de territoire, est la charte du Parc, adoptée en 2015, que nous avons conçue avec les communes, les acteurs et les habitants et que nous portons ensemble jusqu’en 2027. Elle est le reflet des attentes et préoccupations qui se sont exprimées lors de sa préparation.

Association des Beaux Villages Lorrains

C’est en 2012 que la maison commune de Villey-Saint-Etienne accueillait l’assemblée générale constitutive d’une nouvelle association « Les Beaux Villages Lorrains » dont la charte favorise la valorisation du patrimoine régional, architectural et naturel.

L’animation par des manifestations identitaires et les produits locaux sont également à l’honneur.

Le CAUE et l’ADT associés à cette démarche ont proposé quatre communes :

BRULEY  /  ROZELIEURES  /  VILLE-SUR-YRON  /  VILLEY-SAINT-ETIENNE 

L’association a depuis élargi son cercle et compte désormais 10 communes avec

BEAULIEU-EN-ARGONNE / CHATILLON- SUR-SAONE / HATTONCHATEL / MARSAL / RUGNEY / VAUDEMONT 

Cliquer sur l’image pour voir le site

Label villes & villages fleuris

Les communes labellisées “Villes et Villages Fleuris” valorisent, grâce à des aménagements paysagers de qualité et à une stratégie de végétalisation spécifique, leur patrimoine, leur histoire et leur singularité.

La créativité des jardiniers doit participer, à travers le choix des végétaux et leur association, à créer une identité paysagère propre qui fasse que chaque commune labellisée soit unique.

Ce label de qualité de vie, valorise notre commune et nous encourage à persévérer dans notre volonté d’embellir, de protéger et de valoriser notre patrimoine bâti et paysager.

Nos distinctions: en 2011 nous avons obtenu la première fleur et en 2013 la deuxième.

Cliquer sur l’image pour voir le site

Label Commune Nature

Depuis 2009 nous n’utilisons plus de produits phytosanitaires sur la commune, sauf pour le cimetière. En 2018 nous avons signé la charte de commune nature pour ne plus utiliser de produits phyto. Notre distinction: une libellule. Cet engagement pris avec la Région Grand Est et en partenariat avec l’agence de l’eau Rhin-Meuse a pour objectif de sauvegarder la biodiversité et de protéger et restaurer les ressources en eau naturelle. La lutte contre les pollutions est un enjeu majeur pour assurer l’accès à l’eau potable aux générations futures.

Pourquoi cette démarche?

La réduction, voire la suppression de l’usage des pesticides pour l’entretien des espaces verts et des voiries constitue un enjeu important pour la préservation de la ressource en eau, pour la biodiversité et la santé. La lutte contre les pollutions est un enjeu majeur pour assurer l’accès à l’eau potable aux générations futures. En effet, les désherbants utilisés sur des surfaces imperméables ou peu perméables se retrouvent dans les eaux de surface ou souterraines et entraînent, du fait d’une faible infiltration, une pollution des eaux liées au ruissellement.

Issue de la loi Labbé, depuis le 1er janvier 2017, cette interdiction concerne les collectivités et autres gestionnaires d’espaces. Ils n’ont plus le droit d’utiliser les pesticides chimiques sur les espaces verts, les forêts, les voiries ou les promenades accessibles ou ouverts au public. Les  jardiniers amateurs subissent la même interdiction depuis le 1er janvier 2019.

Concernant la biodiversité, sa principale cause de détérioration est l’accroissement de la consommation des ressources naturelles : surexploitation des sols, régression des surfaces naturelles, pollution massive, invasion biologique, urbanisation croissante et réchauffement climatique, ce qui entraîne une modification de l’alimentation, une fragilisation de l’écosystème et une dégradation de la qualité de vie.

Or, le rôle de cette biodiversité est central en matière de services rendus face au changement climatique, notamment sous forme d’infrastructures naturelles qui servent durablement l’intérêt général et qui constituent des solutions « fondées sur la nature » .